Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 14:06

 

C’est une blessure ancienne qui ne peut se refermer.

 

Elle n’est pas d’amour, elle n’est même pas directe. Elle est d’autant plus insidieuse que sur le moment, elle n’était guère visible. Je n’étais qu’un témoin, lointain, d’une tragédie.

 

C’était en septembre. C’était un soir ordinaire, une fin d’été, l’équinoxe déjà. Tout était calme, normal. Là bas au loin, dans le ciel d’Afrique, une lumière a dû illuminer la nuit. Personne ne l’a vue, c’était au dessus du désert, de l’immense Ténéré.

 

De ceux qui furent emporté par la folie criminelle, je n’ai rien su, rien connu d’autre que des noms. Parents, enfant mêlés. Ils venaient d’Afrique, d’Europe, d’Amérique. Sans doute avaient-ils embarqué la tête pleine de projets, d’espoirs. Sans doute des amis, des frères, des enfants les attendaient-ils là où ils n’arrivèrent jamais.

 

Je ne les connaissais pas, je ne les attendais pas. Je les attends depuis si longtemps.

 


◄   La fête perdue Blessure Marrons   ►
Partager cet article
Repost0

commentaires

E


ils doivent t'entendre où ils sont et te remercier pour ce bel hommage. Bises



Répondre