Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 10:30

 

Depuis un petit moment, j’ai pris l’habitude de participer à cette célébration du haïku qu’est le jeu du coucou. Je ne suis pas un partisan de l’écriture de commande, surtout pour le haïku qui est par nature éphémère et spontané. Mais ce coucou, c’est sans prétention et finalement assez rafraîchissant. La première fois, c’était une photo qui m’inspirait vraiment mais j’avoue qu’ensuite, c’est le jeu qui l’a importé et m’a poussé à afficher de bien pauvres mots.

 

Parfois, après quelques lamentables suites de mots qui n’ont guère du haïku que la forme, il m’arrive d’être pris de remord et de ne plus vouloir les partager d’aucune manière. D’autres fois, au contraire, après ces débuts laborieux, une certaine inspiration vient. Oh, ce n’est jamais grandiose. Mais quelle importance ?

 

Après tout, il s’agit de passer un bon moment à assembler les mots, à jouer avec eux, leur sens ou leur son. Et si de temps en temps, au hasard, une personne, ne serait-ce qu’une seule prend un peu de plaisir à les lire, cela vaut la peine de les partager.

 

Alors, je guette ces emails qui m’informent du sujet, de la photo qui doit guider notre inspiration.

 

Hier, j’ai reçu l’un d’eux. Et quel éclat de rire. Trois charmants ânes du Poitou. Seulement, voilà, la première pensée qui m’est venue en les voyant, c’est « Raffarin ! ». Bien sûr, c’est assez injuste. Pour les ânes. Non, pour l’ancien premier ministre aussi. On l’a tellement décrit comme un imbécile qu’à la fin, je le trouverais presque sympathique. Surtout quand on voit ce qui lui a succédé aujourd’hui, mais là n’est pas le sujet.

 

Ecrire un haïku centré sur le nom « Raffarin » à propos de ces braves baudets du Poitou. Voilà bien ce qui m’est venu à l’esprit. Certes, ce serait amusant mais guère charitable et un tantinet hors sujet. Il me reste quelques jours pour y réfléchir.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


Des nuits à tuer? Oh la! la ! Je sais ce que c'est


Bonne inspiration Lyonnel


A bientôt


Martine



Répondre
M


Bonjour Lyonnel,


J'ai suivi et apprécié tes réflexions à propos du Haîku, de son rendez-vous et de sont nouveau thème.  Pertinence et humour de tes mots. Politique? pourquoi pas si traité avec humour.
Celui-ci permet de beaucoup dire.


Quant à moi, je vais essayer de trouver le temps ce matin pour participer. Car ce sujet me plaît beaucoup. C'est juste le temps de bien faire qui m'a manqué.


Belle journée à Lyonnel et bonne inspiration


Martine



Répondre
L


J'y pense et comme j'ai un peu de nuits à tuer au cours d'un déplacement professionnel, il se pourrait que j'y aille... Quoique...



A


J'ai lu les commentaires et tes réponses ... on peux utiliser des mots étrangers .. tu peux mettre une anottaion en expliquant a signification..


L'événement politique est parfois éphèmère .. tu peux aussi en faire un "senryu" si tu traites avec humour .. là tu n'as pas besoin de mot de saison et traiter du caractère humain. tout est
permis ..


Bonne journée . Alice



Répondre
O


Bon courage Lyonnel, ce n'est pas facile!



Répondre
L


Mais si c'est pour le plaisir... Pour vous, je réinventerais plutôt le bon vieux sonnet, quitte à être démodé et et vexer les modernes poètes.



M


Pourquoi l'âne ne porterait-il pas ce nom, j'avoue qu'il pourrait ne pas être hors sujet, tout dépend de l'interprétation , mais pas facile les ânes .Sauf que l'image peut entraîner à écrire sur
eux , mais le titre ' cap à la campagne ' n'entraîne pas l'exclusion d'autres animaux ..Bonne soirée



Répondre
G
Ma chere Liliane Motet , avec ton coucou a la con tu veux te la peter comme disent les jeunes, mais le monsieur te dis que ce n, est que de la pseudo poesie a deux balles .en plus tu es ridicule avec ce pseudo . Tu as honte de ton nom ? Minable.
L


L'âne, le Poitou. A vrai dire d'autres mots me sont venus, comme "bwanga ous on pluriel bwangsé" mais utiliser des mots étrangers, qui plus est dans une langue inconue de la quasi totalité des
possibles lecteurs, là, on est vraiment limite.