Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 10:38

 

Tout est au point mort, rien n’avance. Aucun de mes trois longs textes, romans s’il faut les qualifier, n’a changé depuis des semaines. Souvent, j’en ouvre un, il m’arrive d’y faire quelques retouches, mineures. Cela ne compte pas.

 

Il faudrait être heureux, ou désespéré, je ne suis que morose. Le souffle manque. J’arrive tant bien mal, plutôt mal, à exprimer ce spleen par de petits textes, par un méchant coup de gueule ailleurs. De temps en temps, je lis un texte qui me plait mais au lieu de me donner plus d’énergie, il m’enfonce encore en me montrant à quel point je suis incapable, moi, d’écrire quoi que ce soit qui ressemble à ce que j’aime trouver, écrit par d’autres inconnus qui ont juste envie de s’exprimer et de partager.

 

Mars est là. Il ravive quelques souvenirs troublants et déchire quelques blessures que je croyais bien guéries, ou au moins assez refermées pour ne plus risquer la gangrène.

 

Dois-je espérer le désespoir ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

K


Il y a des phases comme ca qui sont très pénibles à vivre, très inconfortables. L'énergie ne vient pas, la direction à prendre ne s'affiche pas. Ce sont des moments lourds, mais il faut les
accepter comme des carences inévitables. Une vie est faite de moments où rien ne semble pouvoir avancer. Oú on se supporte à peine. C'est inévitable. La route n'est pas balisée, mais un jour ou
l'autre vous saurez s'il faut tourner à droite, à gauche, ou continuer tout droit...



Répondre
L


Merci pour la visite et ces mots. Ils m'ont donné l'occasion de passer voir chez vous. J'y reviendrai!



E


C'est certainement une étape, une étape qui passe par le texte court pour toi... Non ne désespère pas... A mon avis les mots te reviendront lorsue tu n'en feras plus une fixation...


bonne soirée



Répondre
M





 


Bonsoir. Je vais accueillir « officiellement » demain
matin ton blog. Aujourd’hui, je viens de l’accepter avec plaisir, parmi ceux des Architectes d’intercoeurs. Demain je publierai un article sur mon blog pour y annoncer son arrivée. J’ai rajouté
dès maintenant sa bannière dans la galerie des Architectes d’intercoeurs. Celle-ci est accessible en permanence au début de mon blog dans le module « Rencontrer les Architectes
d’intercoeurs ». Je te souhaite la bienvenue en te remerciant d’avoir souhaité nous rejoindre parmi les belles personnalités et les beaux talents que tu connais peut-être déjà ou que tu
découvriras, si tu le désires. La solidarité est une valeur partagée par beaucoup d’entre nous. Je suis heureux que tu nous rejoignes. Je te souhaite une très belle fin de cette journée. Je ne
peux que te proposer de ne pas hésiter toi aussi à aller à la rencontre des Architectes d’intercoeurs. @mitié, Marc de Metz.



Répondre
O


Pourtant, vous écrivez très bien, et j'ai plaisir à vous lire. Ne serait-ce que lire ce simple "déprimant constat". Peut-être êtes-vous trop exigeant avec vous-même? La perfection en art et dans
la nature, n'existe pas! Ophélie



Répondre
L


Merci pour ces mots réconfortants. Parfois, il est diffcile de dépasser une émotion, un sentiment ou simplement un état où l'on se trouve alors qu'on voudrait l'écrire, et ce n'est pas une
question de perfection, juste de néant. J'ai aussi plaisir à vous lire, bien que nous soyons en apparence fort différents.