Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2013 1 27 /05 /mai /2013 11:29

Il y a quelques années, Georges Moustaki écrivit une chanson. Il m'apprit à cette occasion, à moi et à beaucoup d'autres, l'existence d'un petit ouvrage que tout le monde devrait avoir lu et dont il existe aujourd'hui de nombreuses versions librement accessibles puisqu'il est assez ancien pour être dans le domaine public.

 

Je voudrais rendre grâce a celui qui peut-être
A été mon premier et mon unique maître
Un philosophe mort voici quelques décades
Mort de son propre choix ni trop vieux ni malade

Il n'était pas de ceux qui entre dans l'histoire
Nous sommes peu nombreux à servir sa mémoire
Il ne se posait pas en saint ou en prophète
Mais cherchait avant nous le bonheur et la fête

Il rêvait d'une vie que l'on prend par la taille
Sans avoir à la gagner comme une bataille
Nous disait que la terre était pleine de fruits
Et de pain et d'amour et que c'était gratuit

Il parlait de ne plus jamais plier l'échine
Ni de se prosterner devant une machine
Il souhaitait pour les générations futures
De ne souffrir jamais d'aucune courbature

Sans vouloir enseigner sa parole était claire
En cela peut-être elle est révolutionnaire
Je voudrais rendre grâce à ce maître en sagesse
Qui ne nous arrivait ni d'Orient ni de Grèce

Je voudrais rendre grâce à ce maître en sagesse
Qui ne demandait que le droit à la paresse

 

Le texte de Georges Moustaki, lui, n'est pas dans le domaine public. M Nègre va-t-il faire une jaunisse si jamais il découvre que ce texte, hautement subversif, circule ainsi. 

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

flipperine 27/05/2013 17:11


on ne peut pas parler de paresse il veut que l'on soit au mieux

Lyonnel Groulez 29/05/2013 06:50



C'est une façon de réfuter la primauté du travail!



Marcel 27/05/2013 15:08


 coucou


 jaimais beaucoup Moustaki il avait de plus une bonne vision des choses   bonne journée mon ami


Marcel

Lyonnel Groulez 29/05/2013 06:50



Ce petit texte là le dit bien!