Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 06:09

Naître, mourir. Voilà ce que nous avons tous en commun, mais entre les deux ?

 

Que reste-t-il ? L’amour est vague, est-il en vie seulement. Mourir, mais à quoi bon ? Si encore mourir donnait l’espoir mais la vie est ingrate comme la mort. Mes vies antérieures se sont évanouies, je n’ai plus peur des camions militaires. D’ailleurs, il n’y en a plus.

 

M’a-t-on fusillée pour l’amour de la liberté ou celui des allemands ? Ou pour l’illusion d’avoir vécu ?

 

Dans cette vie ci, les illusions se sont perdues. Il ne reste qu’une femme si belle sur un quai de gare, inconnue évanescente, aperçue et aussitôt perdue, comme la vie qui fuit.

 

 

 

Bundesarchiv Bild 146-1971-083-01, Frankreich, französische Flüchtlinge

 

 

La rate de Paris
◄   La mort des hortensias Réminiscence Dernier   ►
Partager cet article
Repost0

commentaires

flipperine 06/05/2013 12:01


la vie un éternel recommencement

Lyonnel Groulez 06/05/2013 12:18



Que savons nous des vies antérieures ou futures ?



emmanuelle grangé 06/05/2013 10:41


morne quai

Lyonnel Groulez 06/05/2013 10:52



Que venait-il faire dans ces vies antérieurs ?



Nounedeb 06/05/2013 08:20


Belle réflexion.

Lyonnel Groulez 06/05/2013 10:55



De temps en temps, ils reviennent.