Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 05:58

« Aubervilliers La Courneuve » dit la voix, neutre, sans enthousiasme, sans lassitude non plus. Je cherche le fantôme de cette barre détruite voilà quelques années, ou bien celui des vies qui s’y sont déroulées, sans enthousiasme, et avec lassitude parfois.



D’une plaine qui fut agricole, puis industrielle, on avait fait un dortoir vertical, sans intention maligne. Mais avec la fatalité pour alliée, l’immeuble bleu rutilant était devenu gris et terne comme ce qu’il restait de ses habitants, condamnés à vivre là puis à y mourir et qui peu à peu en étaient venus à ignorer qu’il existait un monde où les fleurs surgissaient ailleurs que dans les fissures du béton.



Les fantômes sont dans ce train dont les passagers somnolent après une journée d’un travail qu’on leur a donné, pourtant, lui aussi sans intention maligne. Les esprits des pierres et de leurs anciens habitants sont là parmi nous, je sais qu’ils nous observent et s’interrogent, silencieusement. Eux aussi sont las et aspirent au repos, celui des âmes errantes qu’on ne leur a pas offert. Ils sont épuisés, oubliés jusque dans la mort.



« Aubervilliers La Courneuve » a dit la voix sans chaleur ni froideur.

 

http://lacourneuve.blog.lemonde.fr/files/2011/08/IMG_5059.jpgLa barre Balzac en démolition

Partager cet article
Repost0

commentaires

R

Dans ce monde turbulent


Il vaut mieux ne pas s'attacher à tout ce qui est métériel 


Ces grands bâtiments m'ont tjs engoissée,


Bon dimanche  
Répondre
L


Ce qui est vraiment effrayant c'est qu'on les a construit au nom du progrès, que des gens y ont été heureux et que très vite tout cela soit devenu si délabré et impossible à vivre qu'on les a
détruit même pas cinquante ans apès leur construction.



O

Oui, quand les humains meurent, les murs qui les ont contenus sont toujours porteurs des traces de leurs vies, ils en sont de fidèles témoins, mais quand ces murs disparaissent à leur tour... Où
vont ces traces? Sont-elles emportées par le vent? Renaissent-elles dans les arbres qui poussent à cet endroit?
Répondre
L


Ce petit texte est le résultat qu'une pensée qui m'a traversé l'esprit en passant dans cette gare. Sans doute était ce le vent qui portait un de ces fantômes.



M

coucou


 ce doit etreimpressionnant de voir ces tours en demolition      bon week end


Marcel
Répondre
L


Tu sais qu'il ya un canal juste à côté!