Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 08:11

 

La forme de cette place surprend au premier abord : elle est en longueur et l’arrondi de ses extrémités renforce l’impression. Comme souvent à Rome, l’explication est dans l’histoire puisque la piazza Navona est l’emplacement du stade de Domitien. Un lieu dédié par l’empereur aux jeux sportifs à la mode des grecs. Il parait que l’empire décadent utilisa aussi l’endroit pour les combats de gladiateurs.

 

Il ne reste rien du stade antique, à moins que les pierres des édifices actuels n’aient été trouvées sur place, dans l’immense carrière que furent pour nos barbares ancêtres les ruines de Rome déchue. Là où les athlètes s’affrontaient, une fontaine baroque laisse le touriste perplexe. Quatre statues symbolisent les fleuves du monde tout en soutenant l’obélisque qui se dresse en son centre.

 

J’aime penser qu’en marchant sur cette place on croise les ombres des anciens, de ceux qui trouvèrent ici une mort violente, de ceux qui venaient juste y passer l’ennui que sans doute la ville géante leur apportait déjà.

 

A deux pas de là le Panthéon se dresse. Peu de bâtiments aussi anciens nous sont parvenus en bon état. Celui là est à peu près intact. Certes, on l’a pillé, lui retirant son marbre, son bronze, mais il est resté, probablement sauvé par sa transformation en église. Le Bernin, qui conçut la fontaine des fleuves de la place Navona, prit le bronze du Panthéon pour orner la basilique Saint Pierre. Mais qui se soucie encore du premier mineur, du premier fondeur. D’ailleurs, qui sait de quel autre pillage provenait ce métal dont on couvrit ce Panthéon…

 

C’est Rome, les ombres sont là, tellement nombreuses qu’on ne peut leur échapper. Je les sens me frôler. Quelques gladiateurs ont vu ce même Panthéon avant de mourir dans ce stade que Domitien avait fait construire pour d’autres jeux. Combien de générations depuis ce temps ont-elles pu, à leur tour, voir ce temple ? Il est là, presque immuable, immobile, lien entre tous ces hommes de siècles passés et futurs qui un jour, un soir, passent.

 

Piazza Navona, les ombres sont épaisses. J’ai du mal à avancer parmi elles.

 

 

Piazza Navona 1

 

Piazza Navona (image wikimedia commons)

Partager cet article

Repost 0
Published by Lyonnel Groulez - dans Au jour le jour
commenter cet article

commentaires

Marc 12/04/2011 11:34



Cela me donne envie d'y faire un petit séjour...



Ophélie Conan 07/04/2011 21:25



Merci Lyonnel pour ce retour à Rome! Il faut voir cette place de jour et de nuit, tout comme la fontaine de Trevi, comme tout Rome! Mais là, avec ce grand ciel bleu, la piazza Navona est très
belle. Devant cette fontaine de Neptune, vers onze heures du soir, nous avons rencontré une Américaine, âgée d'une cinquantaine d'années, qui voyageait seule en Europe. Nous nous sommes assises à
côté d'elle, sur l'un des bancs qui se trouvent à droite, (qu'on ne voit pas sur la photo) et nous avons longuement bavardé en anglais. Souvenirs... C'est déjà loin ce voyage... Ophélie



Lyonnel Groulez 08/04/2011 06:58



Ah les rencontres impromptues... C'est aussi un des plaisirs que l'on a en voyageant seul, ce que je n'ai plus fait depuis longtemps. Mais cela me rappelle un long voyage, très loin, que je fit,
seul, il y a très longtemps. Je ne fus en réalité jamais seul.



TELOS 04/04/2011 15:08



ne crains rien le ciel est magnifiquement bleu intense comme la vie



Présentation

  • : Le blog de Lyonnel Groulez
  • Le blog de Lyonnel Groulez
  • : Les écrits de Lyonnel Groulez, romans, récits, et textes divers
  • Contact

Crime passionnel

Présentation

Chapitre 1 : Résolution

Chapitre 2 : Planification

La rate de Paris